AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview de Kate Winslet, mars 1998

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catherine d



Nombre de messages : 158
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/10/2012

MessageSujet: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Mer 24 Oct - 15:46

Des yeux bleu ciel qui vous dévorent, une cigarette à la main, un débit ahurissant, et un mélange de douceur et de détermination pour porter avec grâce le flambeau d'une nouvelle génération d'acteurs britanniques... Sous le soleil du Maroc, loin du raz de marée qu'à provoqué Titanic, Kate Winslet revient volontiers sur son extraordinaire aventure hollywoodienne. Mais il est clair qu'elle entend profiter aussi de cette nouvelle gloire pour défendre son pays et ses compatriotes. La preuve : elle vient de terminer le tournage, à Marrakech, de "Hideous Kinky", un "petit" film produit par la BBC et réalisé par l'Ecossais Gillies MacKinnon. C'est sur le plateau que nous l'avons rencontrée.

- Quel effet cela vous fait de faire partie d'un des plus gros succès de l'histoire du cinéma ?

Kate Winslet - C'est très nouveau pour moi. Mes films ont toujours été très bien reçus par la critique, mais avec "Titanic", c'est différent. Tout le monde veut aller voir ce film. Tout le monde en parle. Et, en plus, tout le monde en ressort ému...

- Vous attendiez-vous à un tel angouement du public ?

Kate Winslet - Bien sûr que non ! Parfois, Leo (DiCaprio) et moi avion du mal à nous rendre compte au jour le jourde la progression dramatique du film. Le tournage était tellement long et éreintant que toujours garder à l'esprit la consistance et l'intégrité de l'histoire n'étais pas chose facile. Mais nous nous sommes accrochés, car nous savions que "Titanic" ne parlait pas seulement du bateau qui coule ou de l'eau qui envahit les soutes, mais surtout de Jack et Rose, de la rencontre et de la séparation de ces deux êtres qui s'aiment. Et c'est pour ça que je suis très fière que le film touche autant les gens. C'est la preuve qu'ils croient à l'histoire d'amour... Un jour,pendant la promotion du film aux Etats-Unis, lors du show d'Oprah Winfrey (célèbre présentatrice télé), une femme s'est levée pour nous remercier "d'avoir brisé son coeur et déchiré son âme. C'était émouvant...

- Comment vivez-vous le fait d'être nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice avec ce film ?

Kate Winslet - C'est très gratifiant. Mais les réactions du public le sont encore plus : si les gens croient à l'histoire d'amour, c'est qu'ils aiment le jeu des acteurs, et c'est la plus belle des récompenses. J'ai travaillé très dur pour ce rôle. Je me suis d'abord préparée toute seule dans mon coin pendant trois mois, avant de partir tourner au Mexique. Cela m'a été bénéfique au moment du tournage, et... ça l'est encore aujourd'hui, regardez le succès !(Rires). Cela compte beaucoup pour moi que mon travail dans ce film soit reconnu.

- Justement, le film a eu huit nominations aux Golden Globes et, lors de la cérémonie, James Cameron y a reçu la récompense du meilleur réalisateur...

- Kate Winslet - C'est génial ! J'étais assise à côté de lui pendant la cérémonie. Jim était tellement excité qu'on aurait dit un enfant. (Rires) On a bien rigolé...

- Mais vous, vous pensiez avoir des chances de gagner ?

Kate Winslet - Sincèrement, non. C'est déjà un formidable honneur d'être nommée avec des actrices aussi exceptionnelles que Judi Dench, Jodie Foster et Jessica Lange. Pour moi, faire partie de ce cercle là est extraordinaire. Je n'aurais jamais imaginé cela. Je suis ravie pour Judi Dench car elle le mérite. C'est exactement le genre d'actrice que j'aimerais être : quelqu'un qui travaille régulièrement et donne à chaque fois le meilleur d'elle-même...

- Quand elle a eu l'oscar, Juliette Binoche parlait d'un "french dream", avez-vous l'impression de vivre un "british dream" à Hollywood ?

Kate Winslet - Je suis très fière d'être anglaise, car mon métier, je l'ai appris en Grande-Bretagne, en tournant dans des films britanniques, avec des acteurs britanniques. J'ai emporté toute cette éducation avec moi là-bas, à Hollywood. Mais, jamais, je n'aurais osé rêver d'un tel succès. C'est au-delà du rêve... j'ai tout a fait conscience que c'est extraordinaire d'en arriver là pour une actrice britannique. C'est un sentiment très agréable mais, en même temps, je me sens presque un peu coupable. J'aimerais tant pouvoir partager ce sentiment avec tous mes amis acteurs anglais... D'ailleurs, ce n'est pas parce que je joue le rôle principal du film le plus cher réalisé, et probablement le plus couronné de succès, que je vais quitter l'Angleterre et devenir une superstar. Certainement pas.

- Après "Titanic", vous avez choisi de tourner "Hideous Kinky" avec Gillies MacKinnon. Cela vous tenait à coeur ?

Kate Winslet - Je me suis dit : "Enfin un rôle qui ne m'oblige pas à porter de corset ! (Rires) Plus sérieusement, j'avais besoin de tourner la page. J'étais fatiguée, très fatiguée émotionnellement par la tournage de "Titanic", et j'ai senti que je devais faire un film...

- ...normal ?

Kate Winslet - Oui, oui... normal... enfin... juste "pas aussi gros". (Rires) Quelque chose qui me remette les pieds sur terre.

- Enchaîner un tournage au Maroc après le marathon de "Titanic", n'est-ce pas un peu paradoxal pour l'anglaise casanière que vous êtes ?

Kate Winslet - Pour être honnête, n'importe quel tournage, comparé aux neuf mois de "Titanic", me semble court désormais ! Alors maintenant, dix semaines à Marrakech, ça ne me fait pas peur.

- Qu'est ce qui vous a plus dans cette histoire - inspirée d'une aventure vécue - d'une jeune hippie qui part au Maroc avec ses deux fillettes ?

Kate Winslet - Quand j'avais 17 ans, pour Noël, un ami m'a offert ce livre d'Esther Freud qui raconte comment sa mère est partie à l'aventure, les emmenant, elle et sa soeur, au Maroc. J'ai adoré ce livre. En le lisant, toutes les images, toutes les couleurs, toutes les odeurs m'ont immédiatement envahie. Comme si elles s'échappaient des pages. J'ai recommandé "Hideous Kinky" à toute ma famille et à tous mes amis. Plus tard, quand j'ai appris que quelqu'un travaillait sur le scénario, je me suis dit "quel courage !", car je savais que l'adaptation n'était pas une mince affaire. Et puis, on me l'a proposé. J'étais tellement heureuse.

- Vous y jouez une mère de deux enfants. C'est un rôle qui vous convient ?

Kate Winslet - Très bien. Même si je n'ai que 22 ans. J'ai grandi avec beaucoup d'enfants autour de moi. Et puis, j'ai déjà été mère dans "Jude". L'essentiel est d'être la plus aimante possible, car c'est le plus important dans la maternité. C'est en tout cas ce que mes parents m'ont appris.

SUITE DEMAIN...I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://monty.over-blog.com
Poeiti
Admin
avatar

Nombre de messages : 10062
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Mer 24 Oct - 23:59

Merci beaucoup Catherine !! Very Happy

Par contre, tu n'étais pas obligé d'ouvrir un nouveau sujet, tu aurais pu poster l'interview dans le sujet "studio mag..." que tu avais créé auparavant. Il faut éviter d'ouvrir trop de nouveaux sujets sinon on a du mal à s'y retrouver Merci !^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eternal-kate.net
Catherine d



Nombre de messages : 158
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/10/2012

MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Jeu 25 Oct - 2:33

Poeiti a écrit:
Merci beaucoup Catherine !! Very Happy

Par contre, tu n'étais pas obligé d'ouvrir un nouveau sujet, tu aurais pu poster l'interview dans le sujet "studio mag..." que tu avais créé auparavant. Il faut éviter d'ouvrir trop de nouveaux sujets sinon on a du mal à s'y retrouver Merci !^^

Je suis vraiment désolée Agathe.EmbarassedI love you Où se trouve le sujet studio mag ?
Revenir en haut Aller en bas
http://monty.over-blog.com
Catherine d



Nombre de messages : 158
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/10/2012

MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Jeu 25 Oct - 2:35

Catherine d a écrit:
Poeiti a écrit:
Merci beaucoup Catherine !! Very Happy

Par contre, tu n'étais pas obligé d'ouvrir un nouveau sujet, tu aurais pu poster l'interview dans le sujet "studio mag..." que tu avais créé auparavant. Il faut éviter d'ouvrir trop de nouveaux sujets sinon on a du mal à s'y retrouver Merci !^^

Je suis vraiment désolée Agathe.EmbarassedI love you Où se trouve le sujet studio mag ?

Pour la suite de l'interview, je clique sur "nouveau", "répondre" ou "éditer" ?Question
Revenir en haut Aller en bas
http://monty.over-blog.com
Poeiti
Admin
avatar

Nombre de messages : 10062
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Jeu 25 Oct - 2:53

Pas de soucis, Catherine !^^

Le sujet "studio mag Titanic, 100 questions réponses + interview Kate" est dans même topic ("Demande de photos et articles"), juste en dessous de ce sujet ("Interview de Kate Winslet, mars 1998").

Pour poster la suite de l'interview, clique sur "Répondre" ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eternal-kate.net
Catherine d



Nombre de messages : 158
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/10/2012

MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   Jeu 25 Oct - 6:59

- De quelle manière ?

Kate Winslet - J'ai eu une enfance très libre. Un peu comme dans le film. C'est d'ailleurs pour ça que ce rôle m'a fascinée. Il me rappelle énormément la manière dont j'ai été élevée. Tout se décidait toujours au dernier moment, car on n'avait pas beaucoup d'argent. Quand on partait camper pour les vacances, on se décidait à la dernière minute ! C'était formidable. Nous étions une famille très active. Toujours dehors, toujours au vert.

- Avant de tourner "Hideous Kinky, vous avez rencontré Bernardine, qui a inspiré le personnage de Julia que vous jouez. Vous attachez beaucoup d'importance à la préparation d'un film ?

Kate Winslet - Enormément. C'est comme ça que j'aime travailler. Je commence par imaginer mon personnage enfant, avec sa famille, ses habitudes, son caractère, puis je déroule le fil jusqu'au moment où se passe le film, comme s'il s'agissait d'une véritable personne. Là, j'attendais donc beaucoup de ma rencontre avec Bernardine. Je lui ai posé des tas de questions. Elle a été très généreuse, très honnête, et m'a tout raconté : ses aspirations d'adolescente, sa maternité, sa fuite au Maroc... Julia est un personnage que j'adore, elle a soif de connaissances.

- Vous avez pourtant dit que votre prérérence allait plutôt aux rôles qui vous faisaient souffrir...

Kate Winslet - C'est vrai. C'est aussi pour ça que je voulais ce rôle. Il est tellement différent de tout ce que j'ai pu faire. Et si loin de mes tendances masochistes ! (Rires) En venant au Maroc, je savais que j'allais passer du bon temps. Je savais que je n'allais pas me sentir suicidaire avant chaque journée de tournage, ni stressée par la préparation. Ce rôle est finalement plus proche de moi que les précédents. Aucun rôle que j'ai joué avant n'a été à ce point proche de ma vie.

- On dit que vous vous êtes battue pour prouver à James Cameron que vous pouviez incarner "sa" Rose...

Kate Winslet - C'est vrai. Mais si je me suis battue, ce n'est pas pour avoir mon nom en haut de l'affiche du film le plus cher de l'histoire du cinéma ! Mais bien pour ce personnage que j'adorais. J'ai lutté pour le rôle de Rose comme je lutterai pour n'importe quel rôle auquel je crois. Je suis pareille dans la vie : je me bats pour ce que je crois. La vie est courte, on n'a pas le droit à une répétition générale. Il faut saisir les choses quand elles se présentent. Si j'aime un scénario, alors je me lève et je le dis ! Pour "Titanic", j'ai appelé James Cameron et je lui ai dit : "Donnez-moi une chance, car je sais que je peux VOUS apporter énormément." Je savais que Jim hésiterait à me prendre, car je suis anglaise (avec tous les préjugés que cela susciste chez les américains !) et que Rose est américaine. Comme une boutade, je lui ai envoyé une rose et un petit mot. Et puis, j'ai travaillé l'accent de Philadelphie...

- Comment passe-t-on de l'effervescent James Cameron au calme Gillies MacKinnon ?

Kate Winslet - Oh ! Jim a ses moments de calme aussi. (Rires) Il ne passe pas, comme on l'a dit, tout le tournage à crier et à hurler. Comme il est habitué à l'action et aux effets spéciaux, et qu'il sait quel impacte cela va avoir sur l'écran, c'est un homme plutôt "physique". Il est très franc et très pointilleux dans sa direction d'acteur. C'est un perfectionniste. Mais moi aussi, ça tombe bien. Nous nous sommes toujours entendus à ce niveau. On n'aurait jamais lâché une prise avant qu'elle ne soit à 100% parfaite.

- Et Gillies MacKinnon ?

Kate Winslet - Gillies est un réalisateur plus décontracté. Il laisse les choses venir comme elles doivent venir, selon l'humeur. C'est un gentleman. Je n'avais vu aucun de ses films avant de le rencontrer, mais j'avais beaucoup entendu parler de "Small faces". Des que j'ai su que j'allais tourner, avec lui, j'ai voulu voir tout ce qu'il avait fait. La première fois que j'ai vu "Small faces" sitôt le film fini, j'ai rembobiné la cassette pour le visionner à nouveau ! La chose que j'aime le plus avec Gillies, en plus de toutes ses qualités, c'est que je me sens en sécurité, en confiance. Je suis très à l'aise sur son tournage. Je n'ai pas l'impression d'être jugée. Il ne se bloque pas devant les suggestions des acteurs. Par exemple, je viens juste de changer tout une partie du dialogue pendant la dernière prise. Il m'a dit : "très bien, ça passe !"

- Vous aimez improviser ?

Kate Winslet - oh ! oui, beaucoup ! Mais ça dépend aussi des autres acteurs. Moi, j'adore ça. Surtout avec les enfants car, parfois, ils sortent des répliques absolument incroyable. Si vous pouvez y répondre naturellement, alors vous touchez à l'essence du jeu : l'honnêteté. Si vous jouez des sentiments qui me semblent pas réels au public, vous avez tout faux... J'ai besoin d'être dirigée, c'est vrai, mais j'aime aussi improviser. Avec Leonardo, on l'a beaucoup fait pendant les répétitions de "Titanic". Par exemple, sur le pont du bateau, quand il me montre ses dessins...

- Avez-vous souvent revu Leonardo DiCaprio depuis la fin du tournage ?

Kate Winslet - Oui, bien sûr... Mais pas autant que je le voudrais. Il habite aux Etats-Unis, moi à Londres, mais nous nous téléphonons souvent. C'est un grand ami, et je pense qu'il le restera. Il me manque énormément, car nous avons partagé beaucoup d'expériences fortes sur ce tournage.

- Là, vous avec Saïd Taghmaoui pour partenaire. Vous avez vu "La haine" ?

Kate Winslet - Non, mais, maintenant, je vais essayer de le voir ! Saïd et moi, nous nous entendons très bien, même si nous sommes très différents. C'est la première fois que je travaille avec quelqu'un d'une culture différente, et cela me fascine. Il est très français et en même temps très attaché à ses racines berbères... Il a une énergie incroyable que j'aime beaucoup. Il est parfait pour jouer Bilal, cet homme marocain libre et fort dont je tombe amoureuse.

- Etes-vous resté en contact avec d'autres membres de l'équipe de "Titanic" ?

Kate Winslet - Oui, je revois souvent certains acteurs britanniques qui avaient des rôles secondaires. Et puis, je m'entends bien en général avec les techniciens. Ma coiffeuse est devenue l'une de mes meilleurs amies, mon habilleuse aussi... Même si c'est mon visage qu'on voit sur l'affiche, il y a tellement de gens qui contribuent au succès du film ! Mon travail n'est pas plus important que celui du cameraman ou de la maquilleuse.

- En quoi diriez-vous que vous avez le plus changé depuis "Titanic" ?

Kate Winslet - Depuis, je suis beaucoup plus détendue sur un plateau. Travailler avec Leonardo est très relaxant. C'est un acteur incroyable, qui marche à l'instinct. Il ne théorise pas trop, il ne se surprépare pas, alors que moi, j'avais tendance, avant, à trop préparer. Ce qui avait rendu mon jeu un peu pédant. Léo m'a obligée à retrouver mon côté instinctif et mystérieux. Et je pense que je l'ai apporté sur "Hideous Kinky !

- Est ce que "Titanic" a changé les propositions que vous recevez ?

Kate Winslet - Oui. Les metteurs en scène se sont rendu compte que je pouvais jouer une américaine, et cela m'offre plus d'opportunités. C'est très excitant. J'aimerai retravailleer à Hollywood, car il y règne une atmosphère extraordinaire. Chaque habitant y rêve de cinéma. C'est une ville qui n'existe que par et pour le cinéma. Mais c'est quand même un peu suffocant. Je pense que je ne pourrai jamais y vivre. De toute façon, je ne pourrai jamais quitter l'Angleterre. J'y suis née, j'y ai débuté : c'est la maison de mon coeur. Et puis aussi, je peux vous dire autre chose dont je suis sûre : si, demain, on me propose un film intéressant, sans cachet, en participation, avec un jeune réalisateur inconnu mais passionné et déterminé, je le ferai !

- Y aura-t-il un avant et un après "Titanic" ?

Kate Winslet - Certainement. Avant "Titanic", j'étais connue, maintenant je suis célèbre. c'est très, très étrange. (Rires) Je suis reconnue dans la rue, je suis suivie par des paparazzi. Je n'avait jamais connu ça. Le bon côté, c'est lorsque les gens viennent me féliciter sur mon travail. Ou quand ma famille, mes amis viennent me dire : "Bravo, ma fille, tu as été géniale." ça, c'est mon Oscar.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://monty.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Kate Winslet, mars 1998   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Kate Winslet, mars 1998
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview de Kate Winslet, mars 1998
» Interview radio Kate Winslet, RTL
» Kate Winslet on the Ellen DeGeneres Show
» Kate Winslet versus Meryl Streep
» Mon skyblog sur Kate Winslet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Multimédias :: Demande de photos et articles-
Sauter vers: